27 Nov

Votre agence immobilière de Brax vous dresse le portrait-robot de l’acheteur en 2016 !

L’année 2017 à venir sera-t-elle aussi fructueuse en matière d’immobilier ? Cette année, de nombreux Français, boostés par les taux bas, ont pu accéder à la propriété. En sera-t-il de même en 2017 alors qu’une remontée des taux se profile ? Votre agence immobilière de Brax fait le point, avec le courtier Meilleurtaux sur ceux qui ont profité de l’excellente conjoncture immobilière en 2016. Voici le portrait-robot de l’emprunteur.

Il est un peu plus jeune
Si son âge moyen reste relativement stable depuis 2010 après avoir fortement augmenté entre 2004 et 2009, il apparaît en très légère baisse en 2016 par rapport à 2015 à 37,3 ans pour 37,6 ans l’année dernière.

Il gagne plus
Le revenu net moyen d’un foyer d’emprunteurs en France en 2016 s’élève à 5 401€, soit en légère hausse par rapport à l’an dernier. Cependant, il est important de noter que plus de la moitié des foyers emprunteurs (51%) disposent de revenus inférieurs à 4 000 € nets/mois.

Il emprunte plus
L’emprunt moyen a littéralement bondi dans le courant de l’année 2016. En effet, s’il était relativement stable lors de nos deux précédentes études, il augmente cette année de 20 000 € par rapport à l’an passé pour atteindre 199 699 €. « Cette information est importante, car elle est révélatrice de l’effet « taux exceptionnellement bas » pour les emprunteurs qui se sont massivement tournés vers l’emprunt pour réaliser leur projet immobilier, ce qui n’était pas le cas lors de notre précédente étude », explique Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com.

Il dépense moins
La transaction moyenne est en baisse avec 220 428 € (pour 249 406 € en 2015), mais évidemment toujours avec de fortes disparités régionales. C’est sans surprise en Île-de-France qu’elle est la plus élevée 271 802 € et en Normandie qu’elle est la moins élevée à 161 003 €.

Il a moins d’apports
Son apport moyen est de 20 729 € (pour 57 735 € en 2015 et près de 70 000 € en 2014), soit une baisse de plus de 35 000 €. Ceci signifie que des emprunteurs ne disposant pas d’un gros apport sont revenus sur le marché.

O.D. / Bazikpress © micromonkey

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée